Angleterre 2006


par Bobtong

Peu amateur des fortes chaleurs estivales, et après avoir visité les Pays-bas et l’Allemagne en tente et surtout sous la pluie pour ce dernier, nous décidons de vérifier si notre principale motivation d’achat d’une caravane (visiter les pays du nord de l’Europe avec un minimum de place au sec) est pleinement justifiée.

Nous optons pour la découverte des paysages, des villes et du climat du sud de l’Angleterre.
Méfiant et connaissant la réputation du pays, nous restons prudents et partons pour le sud de l’Angleterre.

Le parcours a été effectué sur 3 semaines avec un départ de Bergerac le 23 juillet 2006 pour un retour le 11 août 2006. Un petit conseil à ce stade du récit, dans la mesure du possible : partez plutôt en juillet. En effet, nos chères « têtes rousses» anglaises sont en vacances à partir de fin juillet. Les anglais étant GRANDS amateurs de camping, passé fin juillet, il devient très difficile voire impossible de trouver une place libre sans avoir réservé souvent plusieurs semaines à l’avance ;-)

L’Angleterre vue par la famille Bobtong

Départ le 23 juillet 2006 à 15h pétante tout frais (façon de parler vu les 35°C degrés) et tout fringuant. Etant donné la durée du trajet jusqu’au port d’embarquement de Dunkerque, nous décidons d’un voyage fractionné. L’idée est d’éviter les sempiternelles disputes à l’arrière, les « j’ai pipi » à peine repartis d’une pause goûter et autre « c’est encore loin » après à peine une heure de route sur les 15h de voyage.

Nous choisissons comme itinéraire : Périgueux, Orléans, Paris (si, si mais à minuit), puis par l’A1 jusqu’à Dunkerque. Soit un périple de 900 km.

Arrivés à Dunkerque à 4h du matin sur le port d’embarquement, nous sommes en avance de 4h sur l’horaire prévu initialement.

La bonne surprise, c’est que la compagnie « Norfolk line » nous propose de prendre le premier bateau en partance à 5h.

La petite pose prévue se fera donc sur le bateau.

Après un embarquement sans encombre, tout le monde sur le pont pour une « mini-croasieur poor l’Anglet’r» ;-) (Merci Jane B).

Après le débarquement et la première appréhension pour la conduite à gauche sur le rond point de sortie, nous voilà partis sur l’autoroute M20, direction la Cornouaille via Londres et Bristol. La conduite sur autoroute s’avère être tranquille même lors du passage sur le périphérique de Londres. Les automobilistes anglais n’accélèrent pas pour vous empêcher de doubler et même vous invitent à le faire par un simple appel de phare. Après une courte pose vers 10h pour une petite sieste et pour laisser souffler le chauffeur et sa petite famille, nous revoilà repartis.

Vers 17h, nous arrivons à la première étape de notre périple : Launceston en « Cornwall »
http://www.launceston-town.co.uk/

Sur la carte Michelin, nous avions pointé un camping que nous avons trouvé sans trop d’encombre, sans réservation et par quelques routes typiques du coin qui vous font souhaiter de ne croiser personne.

 

Il est vrai que cette petite route semblait être un raccourci sur notre carte ! Heureusement que l’Eriba ne fait que 2m de large !

Le choix de ce camping s’est fait pour sa localisation assez centrale, entre la Cornwall et le Devon. Il est typique
http://www.chapmanswellcaravanpark.com/index.htm
avec une grande partie consacrée aux mobilhomes, un champ bien tondu pour les caravanes, un autre pour les tentes et des paons pour les enfants.

 

Les sanitaires sont vétustes mais à quelques jours près nous aurions eu la primeur de nouvelles installations flambantes neuves. L’ambiance est plutôt familiale, calme et sympathique. Il est vrai que nous y sommes avant le « rush » des vacanciers anglais.

Notre première nuit en Angleterre le 24/07 après 26 h de voyage et 1500 km de route a été très, très calme et profonde… même pour les enfants ;-)

Le lendemain, après un réveil tardif et une matinée au calme, le soleil étant au rendez-vous, nous faisons notre première excursion au bord de la mer. Plein d’espoirs, nous emmenons également nos maillots de bain. Suivant les conseils du Guide vert « Michelin » qui nous accompagne, nous choisissons la ville de Bude sur la côte ouest.


Cette petite ville balnéaire est sympathique quoique dénuée d’un réel charme. Elle présente malgré tout une grande et belle plage. C’est décidé, ce sera le lieu de notre première baignade. Tout le monde en maillot ou presque ;-), nous nous dirigeons vers le site de baignade qui comme dans les Landes est surveillé et signalé par deux drapeaux. Premier contact avec l’eau et premier choc : elle est glacée. Seul les grands (enfants « of course ») finiront pas s’y tremper et jouer dans les vagues. Pendant ce temps Martin essaye avec Papa et Maman de regarder dans les rochers les petits animaux ou de jouer au sable. Finalement un vent froid se lève et nous chasse de la plage. Seul les anglais, bien abrités derrière leurs paravents, et dans leur élément restent.

Nous nous dirigeons alors vers un autre site où la côte très découpée est magnifique

 

et donne sur un océan superbe.

 

Les paysages nous rappellent étrangement ceux déjà rencontrés du côté du Finistère sud et son Penn’ar’Bed. La petite crique de Trevone est envahie de baigneurs dont l'installation semble plus tenir du camping que de la journée à la plage tellement leur matériel est impressionnant.

 

Bien requinqués de notre voyage, nous décidons le lendemain de partir faire une excursion toute la journée, direction le joyaux de la côte la pointe de Penwith et le « Mont Saint-Michel » local (si, si). Si la route A30 qui traverse toute la Cornwall semble rapide sur la carte, elle est en perpétuels travaux et la densité du trafic y est très élevée. Nous nous faisons donc surprendre ce jour-là en arrivant un peu plus tard que prévu. Le « St Michael Mount » est situé dans une jolie baie. Ce beau manoir « So british »

 

est en fait une demeure privé dont seul les jardins se visitent. Comme beaucoup de sites touristiques en Angleterre, il est privé et cher. Il domine un promontoire rocheux accessible uniquement à marée basse par un gué. La marée montante chauffée par le sable entourant le gué est l’occasion pour les garçons d’une baignade.

 

La visite se poursuivra par la route littorale de Penwith. Cette partie de la Cornwall est vraiment magnifique et constitue une étape incontournable. On y retrouve tout le charme de la campagne anglaise avec ces petits villages aux maisons fleuries et à la beauté de carte postale. « Land’s End » qui constitue la pointe extrême ouest de l’Angleterre est une étape de choix mais mieux vaut y arriver tard. Le lieu est envahi de marchands du temple et est aménagé en mini parc d’attraction sans aucun intérêt et horriblement cher. Par contre après 17 h, le parking devient gratuit et vidé de la majorité de ses visiteurs. La vue est magnifique et la côte déchiquetée et rocheuse superbe.

 

 

Le long de la route qui conduit de « Land’s End » à St-Ives, nous découvrons un paysage magique. Il est fait d’une végétation basse, d’arbres couchés par les vents et les tempêtes, de petits murets de pierres sèches,

 

de villages de pêcheurs minuscules et d’églises en granit. La côte découpée est hérissée de phares

 

et les falaises de granit noire plongent dans une eau vert bleu.

 

Cette route nous mène vers un charmant port de pêche très touristique,

 

 

à juste titre : St-Ives (prononcer « Sinte-Aïve »). C’est l’occasion pour nous d’un baptême de la cuisine anglaise avec le traditionnel « Fish and chips » . Pour les non initiés, il s’agit d’un plat qui ferait fuir n’importe quel nutritionniste et à côté duquel Mac Do ressemble à du Weight watcher. Il est constitué d’un filet de cabillaud pané et frit accompagné de grosses frites salées et vinaigrées (à discrétion !). Suivant votre goût, vous pouvez accompagner le tout d’une bière, d’un coke ou d’une Ginger-ale (soda au gingembre). Excellent et à déguster sur un banc du port en regardant le couché de soleil. Les enfants ont même râlé contre des mouettes (très peu farouches)

 

qui tentaient de leur voler quelques frites !


Après ce long périple, nous décidons le lendemain d’une journée de repos. L’après midi, c’est l’occasion de visiter la petite ville de Launceston située à 10 min du camping.

 

Si elle n’est pas trop recommandée sur les guides, elle est malgré tout très agréable et avec un certain intérêt historique car dominé par les ruines d’un château Normand du XIème siècle.

 

Lors de notre balade, nous faisons une rencontre avec un papy sans âge à l’accent local qui nous explique que nous sommes chanceux d’avoir des journées aussi ensoleillées ;-)).


Le 28 juillet est notre « jour dernier » d’excursion en Cornwall, direction la côte sud.

 

La première étape est Polperro. C’est notre véritable coup de cœur. Cet ex petit village de pêcheur

 

 

a gardé malgré l’affluence touristique et la perte de ses origines, une réelle authenticité.

 

Nous poursuivons ensuite vers Mevagissey, un autre port de pêche encore en activité.

 

Une arrivée pas trop tardive sur le village (avant 16 h, le « tea time »), nous permet de goûter enfin, une autre des spécialités locales le « Clotted cream tea ». Il s’agit d’un thé accompagné de scones, de confiture et de « clotted cream » : c’est un beurre pas totalement baratté que l’on pourrait situer entre le mascarpone italien, le beurre et la crème fraîche. C’est tout simplement délicieux ! Par contre pour en profiter pleinement, il faut surveiller votre montre car dans beaucoup d’endroit, même les plus touristiques, les salons de thés sont fermés dès 17 h !