Caravelair Patiomatic



La nouvelle caravane de l'ami Jonjon est une Caravelair Patiomatic
- Son auvent intégré la rend peu banale et elle valait bien l'article que voici :

MA NOUVELLE CARAVANE

Le 19 février 2010, Jonjon postait son premier message sur le forum Caravane-Infos.
Il souhaitait acquérir une caravane pour y vivre à l'année. Ne connaissant strictement rien
dans ce domaine, il a fait confiance à chacun ici. Aujourd'hui, il nous présente la seconde
caravane qu'il a achetée ! Nous lui cédons la parole. [Note de l'éditeur]

 



Qu’en est-il aujourd’hui ?
J’ai acquis ma toute première caravane le 20 mars 2010, une Sterckeman S 385 E :



Tractée par ma fidèle vieille 190 2.5 D de 1987 :



Ma première expérience en traction de caravane avec cette Sterckeman de 1976 tenant parfaitement
la route : première expérience tout court, devrais-je dire. J’estime avoir fait 3 / 4 000
kilomètres en 4 mois, jusqu’en juillet 2010, ou j’ai dû rester statique pour raison de santé…
J’ai rendu cette caravane autonome avec batterie de cellule, jerrican… J’y ai fait
toutes sortes de bricoles, parfois farfelues !
Courant septembre, j’ai eu l’occasion d'une autre acquisition, ma Sterckeman ayant quelques
menus soucis, dus à de très fortes intempéries. Elle attend actuellement une petite restauration.

J’ai donc pu acheter cette Caravelair Patiomatic de 1982 :



Cette caravane à priori banale a deux spécificités. La première : m’avoir coûté pas mal de boulot
pour la remettre en forme, puisque je l’ai trouvé dans un état très moyen, avec des
tapisseries blanches défraîchies à motifs marins bleu, des parois où les tasseaux étaient
pourris, etc…
La deuxième spécificité, et la majeure ! réside dans son auvent intégré à la caravane :





Non ! Je ne tracte pas avec le tracteur rouge !

Cette caravane simple essieu a un PTAC de 1100 kg, dont 130 kg de charge utile. Au niveau
de l’équipement intérieur (après amélioration de ma part), elle embarque un circuit électrique
12 volts et un de 220 volts. Toutes les lampes sont reliées aux deux circuits, ce qui permet,
même en cas de panne sur un circuit, de s’éclairer grâce à l’autre. Sur chaque lampe, une prise
de courant 220 V (sans terre). Le 12 V est alimenté par une batterie de 80 Ah de voiture,
rechargée quand il y a une source externe de courant, par un chargeur de batterie de
voiture traditionnel (de la récup !).
Concernant l’eau, je n’ai pas changé le système fait par l’ancien propriétaire. Un jerrican
de 20 litres avec une pompe immergée de 19 litres/minute (me semble-t-il), activé par un
interrupteur classique qui fait tourner la pompe à fond dès son allumage, ce qui donne des
surprises ! Il faudra donc que je m’y penche !

Concernant la disposition, c’est un plan à la française. C'est-à-dire avec un lit armoire.
Il y a deux dînettes. La grande de 4 places est convertible en lit, la table est pliante
quand dans la journée elle n’est pas utilisée, permettant de d’avoir un espace plus important,
notamment quand le lit est baissé.





La deuxième, d’une ou deux places, n'est disponible que lorsque le lit est fermé.

Lit ouvert :



Face à cette dernière, 2 placards, une penderie et des étagères, spacieux, avec à leur base, à gauche,
un petit frigo trimix (mais qui ne fonctionne qu’au 220, n’étant pas branché au 12 V ni au gaz) et
à droite, un chauffage gaz Sadec 3000, très performant.
La photo a été prise pendant la restauration, le liège n’était pas fini d’être posé, et les portes
de placard sont ce par quoi j’ai commencé… Et ce n’a pas été le succès immédiat !



Venons en à ce qui fait de cette caravane toute bête, une super-caravane : L'auvent !

Voici la porte du coffre, à l’arrière de la caravane, l'auvent replié dans son coffre :



Ouverture de la porte :



On peut voir qu’il y a eu des travaux de renfort du bras et de la paroi séparant l’intérieur du coffre.
La plaque en bois est un passe plat qui, fermé, clôt la fenêtre.

Pied soutenant la porte du coffre qui s’ouvre à 90° :



J’ai appris grâce au forum que cette barre,visible sur la photo ci-dessous et qui tient la porte
ouverte s’appelle le « snap-on ».
On y voit également le passe-plat fermé à droite, et au fond, à gauche, une affiche placée par
l’ancien propriétaire priant de ne pas s’asseoir sur la porte :



Les bras soutenant le toit en toile déployé :



Toit déplié, sans piquets de maintien qui semblent superflus :



Mais plutôt méfiant, je les mets quand même (!) :



Les parois de l'auvent, montées :



Vue de l’arrière :



Vue intérieure vers l’arrière :



Vue intérieure vers l’avant :



L’entrée :



Aujourd’hui :
J’ai réalisé mon souhait de vivre à l’année en caravane, et l’hiver venant, je ne ressens aucune
crainte concernant le froid.
Malheureusement, suite à des problèmes administratifs, je ne peux voyager… Je suis donc statique
sur le terrain familial, en attendant que la situation se débloque.
Je n’y connaissais rien au caravaning, aujourd’hui c’est une irréversible addiction.
Et comme toutes les drogues, il m’en faut toujours plus !

 

JONJON

Pour commenter cet article, suivez ce lien