Climatiseur de caravane

shéma climatisation caravane camping-car

Pour ceux qui se tâtent si oui ou non une clim de caravane peut rendre un séjour au soleil plus agréable ?
Voici un article qui pourra peut être en décider quelques-uns.
Le principe de fonctionnement, le choix du type de clim, son utilité, le calcul des besoins en puissance, tout y est traité.
Bonne lecture à tous.  SUJETS :
 
- La clim est-elle mauvaise pour notre santé ?
- Quel type de clim est le meilleur ?
- Principe de fonctionnement d'une clim.
- Choisir la clim adaptée à son volume.
- Une clim réversible est-elle mieux ?
 
Pour tous ceux qui aiment la chaleur et le soleil, mais avec un intérieur tempéré et des nuits fraîches, cet article les concerne.
 
La clim est-elle mauvaise pour notre santé ?
 
Non, en tout cas, pas si elle est utilisée à bon escient.
La clim a comme principaux avantages de purifier l'air ambiant en le filtrant et en retirant toutes les impuretés et poussières en suspension et de les retenir dans un filtre à pollen, de mettre l'air ambiant en mouvement et d'aérer ainsi tous les endroits et recoins d'un volume complexe, et, d'humidifier l'air ambiant.
Mais, pour qu'une clim soit confortable et bonne à notre santé, elle ne doit pas rabaisser la température de la pièce à un niveau inférieur à 3 ou 4° par rapport la température extérieure.
De faire d'une pièce un frigo est très mauvais, un choc thermique violent en entrant dans une pièce trop fraîche ne rime à rien, d'ici quelques temps vous aurez tout aussi chaud, mais avec en plus des maux de tête, de gorge, etc….
L'usage d'une clim impose quelques règles élémentaires : maintient des occultants fermés aux baies exposées au soleil, maintient de tous les ouvrants fermés. En hiver, lorsqu'on chauffe notre intérieur, on n'aurait pas l'idée d'ouvrir portes et fenêtres !
Une clim sous nos latitudes n'est pas un accessoire primordial, une bonne gestion des ouvrants et des occultants suffit bien souvent à maintenir quelques degrés d'écart entre l'extérieur. Une cara blanche sera plus facile à rafraîchir qu'une d'une autre couleur. Le toit de la cara doit rester le plus propre possible pour maintenir au mieux son rôle de réflecteur de chaleur.
 
Quel type de clim est le meilleur ?
 
Pour les cara il existe 2 types de clim bien connus : Clim de toit, clim de coffre.
Il en existe d'autres, des portables avec groupes séparés. Le rendement EER de ces dernières ne suffit pas à tempérer une cara de taille moyenne. Des mobiles, énergivores et encombrantes elles ont de plus le fâcheux défaut de cracher l'air chaud du condenseur à l'extérieur par un tuyau souple. Ce tuyau oblige à maintenir une baie ouverte et une partie de la chaleur résiduelle du condenseur s'échappe inévitablement dans l'habitacle. Il existe aussi des ventilateurs humidificateurs qui fonctionnent bien. Ces derniers (mobiles ou de toit) utilisent le principe de l'évaporation de l'eau pour augmenter le taux d'humidité de l'air et ainsi de le refroidir.
Pour nos cara, ne retenons que les deux plus courantes : Celles de toit et de coffre.
Que se soit les clims de toit ou les clims de coffre elles fonctionnent toutes sur le principe du recyclage de l'air ambiant avec filtration. Attention ! Filtre ne veut pas dire filtre à pollen, elles n'en sont pas toutes équipées.
Le gros défaut d'une clim de toit est de souffler directement l'air frais sur la tête des occupants, c'est très mauvais pour notre organisme d'avoir la tête trop refroidie par rapport le reste du corps, maux de tête, de gorge, de cervicales, même nausées et diarrhées seront ressentis à court terme par les occupants.
Se rendre malade pour avoir moins chaud ???? Avouez qu'il n'y a rien de fait !!! Si c'est çà les vacances ?
L'autre gros défaut d'une clim de toit est son exposition en plein soleil. Vous admettrez tous qu'il y a là un contraste surprenant ! L'EER d'une clim est calculé en labo, et non pas en condition et exposition réelles.
Une clim exposée en plein soleil ne peut pas donner le meilleur d'elle-même. Son condenseur chargé de refroidir un fluide frigorigène chauffé par l'action de la compression, ne pourra pas le faire correctement s'il est ventilé par de l'air très chaud chauffé par le toit en alu de la cara et par un soleil de plomb. Ce fluide qui n'est qu'au début de son périple dans sa phase n°1 de compression et qui ne peut déjà plus être refroidi correctement, tout le reste du processus s'en ressentira forcement! C'est comme placer une glacière en plein soleil afin qu'elle maintienne les bières bien fraîches ??? Il est vrai qu'une clim pour qu'elle soit la plus efficace possible techniquement, doit souffler du haut vers le bas, et non l'inverse. Cela est vrai dans une grande pièce de maison où le groupe soufflant se trouve au plafond à 2.45m sur le mur du fond à 6m de la porte d'entrée.
Mais pas dans une cara où souvent les occupants sont installés dans le salon avec à quelques dizaines de cm au dessus d'eux, un souffle puissant d'air frais qui leur gèle la figure.
La clim de coffre offre une multitude de possibilités pour diffuser l'air refroidi.
Par 3 bouches de sortie sur le groupe, on peut diriger où l'on veut les flux d'air : En bas, en haut, en bas et en haut, à gauche, à droite, à gauche et à droite, etc…. Tant que le permet la configuration interne de la cara on peut imaginer et créer à sa guise une ventilation la plus équilibrée possible.
Il faudra toutefois éviter trop de coudes et des longueurs de gaines trop importantes pour supprimer au mieux les pertes de charge, plus une gaine est longue, plus le flux d'air circulant s'étouffera et perdra de sa force. L'idéal est d'avoir au total une longueur maxi de 15m de gaines dont la plus longue n'excédera pas 8m. Si la configuration interne ou si tout simplement l'envie n'y est pas, on peut très simplement sortir au plus court les 3 gaines, par ex : 1 sortie en bas du lit parent, 1 sortie en bas du salon, 1 sortie en bas du meuble de cuisine, et, d'orienter les grilles vers le haut.
Les flux d'air sont répartis de manière homogène et ne créeront aucune gêne à notre organisme. La température intérieure ne mettra guère plus de temps à s'abaisser que par une clim de toit qui souffle du haut vers le bas en un lieu ciblé. La clim de coffre par l'intermédiaire des grilles disposées dans tout l'habitacle créera une baisse de température rationnelle.
L'autre très gros intérêt d'une clim de coffre est son exposition dans un coffre à l'abri du soleil et surtout, un condenseur refroidi par l'air frais régnant sous le plancher de la cara. La configuration est déjà plus judicieuse, ne pas exposer un élément réfrigérant au soleil. Par une ouverture faite au plancher, une turbine aspire l'air frais prélevé sous le plancher pour le souffler au travers du condenseur dans lequel circule le fluide frigorigène chauffé par l'action de la compression. L'air frais en traversant le condenseur se chargera des calories du fluide frigorigène et les rejettera à l'extérieur par une autre ouverture du plancher sous l'action de la même turbine. Cette configuration offre l'immense avantage de refroidir un condenseur avec de l'air frais, et, pour la suite du processus çà change tout !
Enfin, sur un aspect de nuisance sonore, la clim de coffre obtiendra tous les suffrages. Ce qui crée la gêne auditive dans une clim sont les ventilos. Le compresseur s'il est logé dans un compartiment du groupe bien isolé, que ce groupe soit logé dans un coffre, ce compresseur ne s'entendra pas. Par contre des ventilos sur un toit s'entendent de loin ! Surtout celui chargé de refroidir le condenseur. La soufflerie interne est du genre assourdissant. Aucune solution n'existe pour atténuer un tant soit peu les bruits externes et internes d'une clim de toit.
Or, une clim de coffre, comme écrit auparavant, a son ventilo de condenseur qui souffle sous le plancher. De l'intérieur c'est inaudible, de l'extérieur un peu. Un caisson d'échappement basé sur le principe du pot de détente supprime à lui seul 50% du bruit et rend inaudible la soufflerie d'évacuation dès 2m de distance. On peut donc parler d'une gêne de voisinage zéro. Par contre, à l'intérieur, la soufflerie s'entendra dans chacune des grilles de ventilation. Pour y remédier, on peut adapter un silencieux (même principe que celui du pot de détente sur une ligne d'échappement de voiture) sur chacune des gaines pour atténuer de façon très satisfaisante le bruit intérieur.
A contrario de celle de toit, la clim de coffre offre diverses possibilités d'atténuer ses bruits de fonctionnement externes et internes.
Pour finir, une clim de toit dont la masse moyenne est de 30kg se trouve au point haut du centre de gravité et favorisera par conséquent le mouvement induit de roulis. A contrario, une clim de coffre dont la masse moyenne est de 25kg se situe au niveau bas du centre de gravité et améliorera la tenue de route.
On le voit, la clim de coffre a des avantages que n'a pas la clim de toit.
La clim de coffre condamne un coffre, elle doit être installée au plus proche de l'essieu.
La clim de toit condamne dans la majorité des cas un lanterneau et supprime de la clarté.
 
 Principe de fonctionnement d'une clim.
 
Voir schéma ci-dessous.
Le climatiseur est une machine thermodynamique à fabriquer du froid.
Il se compose de 7 éléments distincts :
2 échangeurs air/air (1 évaporateur, 1 condenseur), 1 compresseur rotatif, 1 détendeur, 2 ventilateurs, du fluide frigorigène.
Tous les climatiseurs domestiques fonctionnent par échange thermique AIR/AIR. Ceux destinés à l'industrie fonctionnent par échange AIR/EAU.
Un climatiseur est exactement l'inverse d'une pompe à chaleur (PAC), cette dernière puise son énergie dans l'atmosphère ambiant en absorbant les calories contenues dans l'air pour chauffer un fluide destiné à devenir caloporteur.
Dans la majorité des cas on utilise comme fluides frigorigènes du R407C pour les clim, du R134A pour les clim réversibles et les PAC.
Un climatiseur, comme un réfrigérateur, ne devrait jamais tomber en panne ! Pourtant….!!!
Par les innombrables écarts thermiques que subira ce compresseur, écarts créant sans cesse des condensas internes qui détruiront irrémédiablement l'huile du compresseur et engendreront à plus ou moins long terme, sa destruction.
Vous comprendrez plus loin pourquoi il n'est pas recommandé du tout d'utiliser une clim surdimensionnée. Il vaut mieux qu'une clim fonctionne plusieurs heures d'affilées que par séquences courtes dues à une trop forte puissance.
C'est à cause de cette méconnaissance que sont commises les plus grandes erreurs, méconnaissance largement et honteusement exploitée par les revendeurs de clims de tous poils…..!
Un compresseur rotatif ne s'abîmera pas lorsqu'il tourne longtemps, il se détériorera sur des petites interventions, un peu comme un moteur de voiture qui se dégrade plus en ville que sur route.
Dans le fonctionnement du climatiseur, le fluide sera successivement à l'état liquide dans la phase haute pression (compression) et à l'état gazeux dans la phase basse pression (détente).
Tout d'abord une petite notion : Gonflez un ballon, puis, laissez s'échapper l'air par un petit trou, mettez votre visage contre ce trou et vous sentirez que l'air sortant à forte pression est plus frais que l'air ambiant.
Cela démontre qu'un gaz détendu se refroidit par l'action de l'évaporation, c'est ce principe qui sera utilisé dans les clim, comprimer un fluide puis le détendre. En se détendant le fluide se transforme en gaz et s'évapore, c'est l'évaporation qui crée sa baisse subite de température. Si un gaz se refroidit lors de sa détente, à contrario, il chauffera lors de sa compression, c'est là que le bât blesse. Il faudra déjà refroidir le fluide avant de le détendre juste après sa compression en le faisant transiter dans un échangeur (condenseur).
L'ordre est le suivant : Le compresseur comprime un fluide sous forme liquide, cette compression va le chauffer et le diriger vers le 1er échangeur (condenseur) afin d'évacuer via un ventilo ses calories à l'extérieur. Ce fluide sensiblement refroidi et sous forte pression va transiter dans un détendeur. L'action de détente va le vaporiser en le transformant dans le même temps en corps gazeux, l'action de vaporisation engage la brusque descente de température. Le fluide gazeux et glacial va passer dans le 2ème échangeur (évaporateur) où un ventilo se chargera de pulser l'air ambiant en son travers afin de le charger en frigories  pour enfin le rejeter dans le volume à rafraîchir.
Le fluide gazeux retourne au compresseur pour y être comprimé à nouveau, redevenir à l'état liquide et ainsi de suite.
Pour qu'une clim chauffe un habitacle au lieu de le refroidir, il suffit de diriger le fluide dans l'autre sens, de ce fait, le condenseur devient l'évaporateur et inversement. Ainsi, l'air froid est projeté à l'extérieur et l'air chaud à l'intérieur.
Ainsi fonctionne une clim réversible.
 
Choisir la clim adaptée à son volume.
 
Pour ceux qui désirent équiper leur cara (ou pièce de maison) d'un système de climatisation, voici la méthode de calcul des besoins en puissance.
Cette méthode est utilisée pour l'habitat, mais elle s'adapte très bien à notre usage.
Il faut savoir qu'une clim doit être choisie en fonction de sa puissance la plus précise possible au regard du volume qu'elle devra tempérer. Ce choix privilégiera la clim la moins puissante dans le cas d'un calcul mettant en concurrence 2 clims de puissances différentes.
La principale gêne sonore est générée par les ventilateurs, dans le choix de la clim, outre tous les paramètres techniques qu'il faudra comparer, s'ajoutera la valeur en DB, moins elle sera élevée, moins ennuyeuse pour vous et vos voisins elle sera. Une clim de toit bruyante ne favorisera pas les bonnes relations de voisinages confinés des campings.
Sur ce point précis, chacun doit prendre ses responsabilités et se souvenir que sa propre liberté s'arrête là où commence celles de ses voisins.
Dans le domaine de la clim, l'adage "Qui peut le plus, peut le moins" n'a pas cours, en effet, si une clim n'est pas assez puissante pour refroidir un volume en un temps donné, elle va chauffer à fonctionner sans cesse. Si elle chauffe trop, son rendement EER en sera perturbé par ses propres calories dégagées. A contrario, si elle est trop puissance, elle déclenchera et redémarrera souvent. Une clim par son principe de fonctionnement n'aime pas les démarrages répétitifs. Le compresseur est soumis à des contraintes de variations thermiques dus aux démarrages et arrêts trop rapprochés, son huile se chargera en condensas et perdra petit à petit ses qualités lubrifiantes. Le principe de réfrigération ne fonctionne à plein régime qu'après plusieurs minutes de compression. En clair, une clim qui fonctionne de manière saccadée par sa puissance trop forte par rapport le volume à refroidir, fonctionne très mal et s'abîmera à brève échéance.
Enfin, sur la nuisance sonore, une clim qui fonctionne régulièrement passera plus inaperçue qu'une qui fonctionne en saccade et une autre qui fonctionne constamment.
Donc, on l'a compris, la clim doit être adaptée au mieux en fonction du volume à refroidir.
Vous allez constater par vous-même que tous les revendeurs de clim (cara et habitat) ont une tendance naturelle à vous faire acheter une clim chère parce que trop puissante, ils utilisent sans vergogne l'adage cité plus haut, en argumentant de surcroît qu'une clim plus puissante créera de l'économie d'énergie, c'est faux !
Pour qu'il y est économie d'énergie et relation de produit performant, c'est l'EER qui doit être élevé, plus il est élevé, meilleur est le rendement énergétique.
Pour une pompe à chaleur on utilise le COP, Coefficient Opérationnel de Performance. Pour une clim c'est l'EER, Energy Efficiency Rate.
Que cela veut-il dire ? Le COP est un ratio obtenu par la division de la puissance produite en KW divisé par la puissance absorbée à une température et taux d'humidité donnés: Ex, une PAC qui produit 12500w à une température de 10°en absorbant 3000w, a un COP de 12500 / 3000 = 4.2, autrement dit, elle produit 4.2 fois plus d'énergie que ce qu'elle consomme.
Pour un climatiseur réversible, les 2 ratios sont indiqués, COP et EER.
Pour la clim c'est pareil, sauf que toutes les valeurs et unités sont Anglo saxonne, une clim qui produit 6150btu à 25° et qui absorbe 620w aura un ratio de coefficient d'énergie de : 6150btu divisé par 3.42 (3.42btu = 1w, 1btu = 0.293w)= 1800w divisé par 620w = 2.90.
C'est ce dernier chiffre qu'il faut retenir, il figure obligatoirement sur toutes données techniques d'un appareil de climatisation. Plus ce ratio est élevé, meilleure sera la clim, il vaut mieux avoir une clim de 1800w ayant un EER de 2.9, plutôt qu'une de 2200w ayant un EER de 2.2.
La comparaison des COP et EER n'est possible que si ces derniers sont indiqués à une plage de température précise.
Un COP de 4.2 à 20° est nettement moins bon qu'un de 3.5 à 10°. De même, un EER de 2.9 à 25° est meilleur qu'un de 3.2 à 20° !!!
Vous avez tous compris que l'EER détermine la qualité et puissance des éléments constituant le groupe.
Un puissant compresseur ainsi que des échangeurs de formats judicieusement  proportionnés, valent mieux qu'un ventilo qui souffle dans le vide.
A ce propos, ne vous laissez pas séduire par la puissance de ventilation ! Elle ne veut rien dire !
En effet, un ventilo qui refoule 330m3/h en transitant l'air dans un petit évaporateur mal refroidi par un petit compresseur, ne soufflera que de l'air ambiant, alors qu'un ventilo soufflant 250m3/h au travers d'un évaporateur bien dimensionné et refroidi par un compresseur adapté, garantira un souffle d'air bien frais.
Il faut savoir que la vitesse des ventilos est proportionnelle à la cadence de production de froid, ceci pour dire qu'on ne peut pas réduire la soufflerie sans réduire dans le même temps la production de froid.
En choisissant un climatiseur, comparez bien la puissance en BTU, la puissance absorbée, l'EER à une température donnée, le volume d'air soufflé, la gêne sonore en DB, filtre à pollen ou non.
Toutes ces données indiquent sans ambiguïté la puissance réelle et le sérieux du produit, seuls critères à retenir pour un prix comparatif plus élevé.
Si pour les pompes à chaleur l'unité retenue est le Watt, pour la clim elle est Anglo saxonne, le BTU, Unité Thermique Britannique. Afin de ne pas saouler tout le monde avec des théories complexes, je me limite à l'essentiel, cette unité correspond à 0.293w, je sais que le Watt est plus parlant, on sait tous qu'il est une unité de puissance thermique et mécanique.
Je vais parler Français et clairement, je vais prendre en exemple une cara : Le btu équivaut à 0.293w, 6150btu = 1800w.
Est-ce qu'une petite clim de 1800w peut suffire à une grosse cara de dimensions intérieures : 585cm x 217cm x 195cm ?
Comme le btu est une unité Inglish, la méthode de calcul intégrera forcément d'autres unités Inglish, le pied carré (sq ft) et le pied (ft).
Le pied (ft) = 0.305m.
La norme de base de calcul inclue 35btu au sq ft.
5.85m / 0.305m = 19.18ft, 2.17m / 0.305m = 7.11ft, surf = 136.37 sq ft.
136.37sq ft x 35btu = 4773btu.
 
Voilà notre base de puissance : 4773btu, mais c'est loin d'être fini !!!
 
La clim est sensée refroidir un volume et non pas une surface, les 35btu retenus s'entendent pour une surface au sol de 1 sq ft sur une hauteur standard de l'habitat de 8 ft (245cm). La cara de l'exemple n'en fait que 195cm.
On rajoute 5% par tranche de 10cm supérieure au 245cm et on retranche 4% par tranche de 10cm inférieure au 245cm.
245 – 195 = 5 tranches de 10cm x 4% = 20%.
4773 – 20% = 3818btu.
 
C'est la seule clause qui donnera lieu à réduction.
 
Le corps humain adulte développe en moyenne 100w de puissance thermo calorique, l'enfant 80w.
On rajoute 600btu par adulte occupant la cara et 500btu par enfant occupant la cara, dans notre exemple c'est 2 adultes.
3818 + 1200 = 5018btu.
 
On applique un coefficient multiplicateur : 1.03 si la cara est très bien isolée (baies anthracites, cloisons et plancher en styroforrm), 1.06 si elle est moyennement isolée (baies fumées bleues ou brunes) et 1.10 si elle est mal isolée (baies en verre ou plus de 2 lanterneaux).
Dans notre exemple, la cara est très bien isolée : 5018 X 1.03 = 5169btu.
 
On applique un coefficient multiplicateur : Si la façade de la pièce est pourvue de 2 ouvertures exposées au soleil 6h/jour = 1.03, 8h/jour = 1.06, 10h/jour = 1.10.
Dans nos cara on a forcement le soleil qui donnera sur un côté de la cara à n'importe qu'elle heure de la journée, ce qui veut dire que peut importe de quelle manière est positionnée la cara sur l'emplacement, elle aura au moins 2 baies (ou lanterneaux) exposées à tous moments, on peut affirmer que son taux d'exposition est de 10h/jour.
5169 X 1.10 = 5686btu
 
Voilà, le calcul est terminé.
 
Une clim de 6150btu, EER de 2.90, puissance absorbée en camping de 620w soit 2.8A, est parfaitement capable de rafraîchir une grosse cara.
Si dans l'exemple on avait rajouté 2 enfants : 5686 + 1000 = 6686btu, elle ne conviendrait plus !
Devrions-nous alors s'orienter vers le modèle supérieur qui développe 8200btu ?
Pour choisir un modèle ou bien l'autre, il faut prendre la plus petite valeur d'écart :
6686 – 6150 = 536btu.  8200 – 6686 = 1514btu.
C'est sans appel, même avec 2 enfants c'est le plus petit modèle qui conviendra le mieux.
 
Si dans notre exemple on avait une cara mal isolée, 2 adultes, 3 enfants.
5018 + 1500 x 1.06 = 6909 x 1.1 = 7600btu.
7600 – 6150 = 1450btu, 8200 – 7600 = 600btu.
Là, on choisit sans hésiter la clim la plus puissante
 
Souvenons-nous que ces calculs sont effectués en fonction d'un rafraîchissement sain et confortable, si vous voulez faire de votre cara un frigo, cet article ne vous concerne pas.
 
Une clim réversible est-elle mieux ?
 
Non, bien au contraire !
Le piège est qu'elles sont quasiment au même prix, alors pour le même prix !!!
Le schéma ci-dessous démontre de manière simpliste les composants d'une clim.
En réalité, une clim est une machine très sensible pilotée par d'innombrables éléments hyper complexes.
Thermo couple, capteurs de pression, électrovannes, capteurs de températures, gestionnaire de dégivrage, etc….Tous ces pilotes sont eux-mêmes gérés par des sources électroniques toutes aussi sensibles.
De plus, la durée de vie du compresseur rotatif est limitée pour les raisons évoquées plus haut.
Une clim réversible demandera à ses composants et sous ensembles de travailler 2 fois plus, ce qui aura pour conséquence de multiplier par deux les causes et raisons de pannes et casses.
Souvent une clim ou une PAC sont en panne pour des motifs anodins, un capteur ou un thermique cassé, etc….Mais, pour ce petit machin la clim ne fonctionne plus, et comme cela arrive forcément en plein été, vous avez vu l'image !!!
Si la clim est en panne à cause d'un élément pilotant la PAC, la machine ne fonctionnera plus ni en clim ni en PAC, à savoir qu'une panne peut survenir en été sur un pilote de PAC alors que c'est la clim qui est en fonctionnement, et inversement…..!
Vous avez tous compris qu'on double les causes et raisons d'une panne en toutes saisons.
Si une clim rafraîchit correctement en plein été, une PAC ne chauffe pas en plein hiver ! Ni même en période fraîche ! C'est vache mais c'est comme çà !
N'allez pas croire qu'une clim réversible affichant 2200w avec un COP de 3.5 aura ses mêmes capacités en hiver à une station de ski !!! Ou en arrière saison à 10/12° !
Comme expliqué précédemment, une PAC puise sa principale source d'énergie dans les calories contenues dans l'atmosphère ambiant. Or, si cette atmosphère est de l'ordre de + 5°, le COP ne sera plus du tout le même.
Un COP peut aller jusqu'à s'inverser, c'est-à-dire qu'au lieu d'être multiplicateur il devient diviseur, et, dans ce cas la PAC consomme plus que ce qu'elle délivre.
Autrement dit, si la PAC consomme 2200w / COP 3.5 = 630w, que dans le meilleur des cas elle restitue cette puissance, ça restera un petit radiateur bien minable !
Le plus grave, c'est que cette "PAC" qui ne délivre qu'une très faible puissance calorique, stoppera et redémarrera  constamment par les actions du gestionnaire de dégivrage. A partir de +5°, le condenseur sera pris dans la glace. La commande de dégivrage coupera la PAC dans l'attente de la fonte de la glace obstruant le condenseur, plus l'air ambiant est froid, plus longtemps mettra la glace à fondre, et, par relation de cause à effet, plus longtemps la PAC sera arrêtée. Quant une PAC dégivre, elle ne chauffe pas !!!
Double peine ! Le compresseur qui n'aime pas du tout les fonctionnements saccadés, et, la PAC qui ne chauffe pas lors des très fréquents arrêts.
Le COP d'une PAC est toujours défini dans une température donnée de l'ordre de +10 à +15°. En dessous, le COP s'effondre.
Ne comptez pas sur une clim réversible pour chauffer une cara l'hiver !
Investissez dans une clim pour avoir une clim l'été et ne la faire travailler que l'été pour avoir de la fraîcheur !
Pour le chauffage, investissez dans un Truma Ultra heat, lui il vous restituera vraiment 2000w.
A chacun son boulot……!
  shéma climatisation caravane camping-car